Soif de bougeotte
 

"Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant"
Bernard le Bovier de Fontenelle

 
 

 

Argentine...

Argentine

 
Le 02 janvier 2013
 
Les passages frontières se sont fait tranquillou, avec un peu de monde, vu que nous nous sommes levés pas très tôt ! L’idée de prendre le raccourci jaune… très mauvais !!! Route déglinguée, nous y avons roulé à très petite vitesse. Bref, nous avons perdu du temps et de la patience ! Nous arrivons à El Calafate en cours d’après-midi. Nous ne trouvons pas Véro et Patrice au point de rendez-vous. J’en profite pour « wifiter ». Le vent présent nous oblige à nous réfugier dans une rue calme pour dormir.
 
Le 03 & 04 janvier 2013
 
Petit déjeuné devant les flamants, lessive, Internet, courses, coiffeur…. Un petit tour en ville, sympa d’ailleurs.

 
Argentine
 
Du 05 & 09 janvier 2013
 
La météo ne nous prévoit pas un super temps d’ici le 10… donc nous irons voir le Perito Moreno à cette date. En attendant nous allons camper au Lago Roca, au camping gratuit El Huala. Nous nous y abritons du vent et nous profitons des moments de beau temps pour nous promener, ramasser des calafates, manger…, lire. Bref, des vacances !

 
Argentine
 
Le 10 janvier 2013
 
Comme prévu : beau temps. Nous partons en avance car le ripio nous ralenti… Et nous découvrons au fur et à mesure le Perito… C’est un moment que nous attendions avec envie. Francis en rêvait depuis la préparation du voyage…. Et nous y sommes enfin.

 
Argentine
 
Nous y passerons la journée, le bleu de la glace qui varie, le son des craquements, les pans de glaces qui s’effondrent… Une journée que nous n’oublierons pas !
 
Et d’abord, c’est quoi un glacier ? …
 
« Un glacier se forme par l’accumulation de neige ne pouvant fondre en raison d’une température trop basse et se transformant progressivement en glace. Quand la masse de glace devient trop importante, la pression qu’elle engendre et l’action de la pesanteur, conjuguées se traduisent par un déplacement principal du glacier dans le sens de la pente et son expansion dans de multiples directions (fluage du glacier).
Les glaciers prennent naissance  près de la ligne de crête d’un cirque de montagne, appelé cirque glaciaire, à partir de névés. La langue glaciaire se moule au profil de la vallée préexistante. La glace ne s’écoule pas à la même vitesse au milieu ou sur les bords (où elle est freinée ) d’où des tensions considérables, des plissements et déformations qui engendrent des cassures géantes appelées crevasses. On appelle pergélisol des sols gelés en permanence. Notons également que la vitesse d’écoulement peut varier dans le temps (épaisseur de neige et glace, importance de la pente, variations climatiques et saisonnières).
La langue glaciaire s’amincit progressivement dès qu’elle franchit la limite des neiges permanentes, puis elle devient du mollisol (très mobile pendant les saisons de dégel) puis disparaît pour alimenter en eau un torrent. »

 
Argentine
 
Bon et si on vous le présentait ? Hummm ? Allez un peu de géographie….
 
« Le glacier Perito Moreno du nom de l’explorateur, qui avec les glaciers Upsala et Viedma, sont les terminaisons du gigantesque glacier Hielos Continentales, est situé dans le parc national Los Glaciares de la province de Santa Cruz, en Argentine qui s’étend sur 600 000 ha. Situé à 78 kilomètres d'El Calafate, c’est l'un des trois seuls glaciers de Patagonie qui n'est pas en régression. Le front du glacier fait approximativement 5 km de long, la hauteur de glace est de 170 mètres, dont 60 mètres sont émergés. Il avance d'environ deux mètres par jour (700 mètres par an). Avec une surface de 250 km2 et une longueur de 30 kilomètres, il fait partie des 48 glaciers alimentés par le champ de glace sud de Patagonie, dans la Cordillère des Andes, que l'Argentine partage avec le Chili. À certains endroits son épaisseur atteint 700 mètres, c'est l'un des glaciers les plus célèbres de la Patagonie argentine. »

 
Argentine
 
Et pourquoi la glace est-elle bleue ?
 
« Ceux qui ont déjà contemplé un glacier le savent : sa couleur peut varier du blanc immaculé au bleu le plus pur. Tout est question de compaction, et de diffusion optique. Les rayons lumineux sont diffusés par les obstacles qu’ils rencontrent (molécules, impuretés) avec une intensité inversement proportionnelle à leur longueur d’onde. Ainsi les rayons à longueur d’onde courte comme le bleu sont fortement diffusés, contrairement aux rayons rouges qui ne seront pas visibles.
La glace compacte d’un glacier contient peu d’air, et de l’eau en abondance, qui fait office de diffuseur : la lumière blanche qui y pénètre rencontre une molécule d’eau, le rayon est donc diffusé avec une préférence pour les photons bleus, qui arriveront donc jusqu’à nos yeux.
En superficie par contre la glace est souvent moins compacte, le ratio air/eau est inversé. Libérées de ces obstacles réfléchissants, aucune des longueurs d’onde ne sera préférentiellement diffusée, c’est pourquoi le glacier nous apparaît blanc.

 
Argentine
 
Bon, mais à part ça.. que c’est beau !!! On le recommande à tous ! Trop top !
 
Du 11 au 14 janvier 2013
 
Et bien sûr, après avoir fait autant de photos… on tri, numérote, prépare le site, les photos pour face… les films à visionner, lessive… Internet… Tout ça, tout ça… on le fait à El Calafate avant de partir pour El Chalten voir le Fitz Roy !

 
Argentine



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement