Le 16/10/18 - Malku Villa Mar - Potosi - 4 021 m

Bolivie 2

Nous essayons de distinguer les 3 espèces de flamants qui nichent dans ces lagunes.

Flamant du Chili (Phoenicopterus chilensis)
Hauteur : 80cm
Env : 95 à 100 cm
Poids : 2500 gr

LONGEVITE : Jusqu’à 30 ans en liberté et 50 ans en captivité.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :

Le flamant du Chili est plus petit et plus pâle que les autres flamants. 
Les flamants ont un cou allongé et recourbé, une queue courte et une grande envergure. Les doigts sont courts et palmés, les pattes sont nues, gris jaunâtre avec les « genoux » rouges, ainsi que les pieds. Ce que l’on appelle les « genoux » sont en réalité les chevilles.
Le bec est noir et adapté à sa façon spéciale de se nourrir. Il fait aller son bec de haut en bas en le tenant penché sur un côté, et « balaie » d’arrière en avant les eaux ou la vase, ainsi les menus organismes sont filtrés. Le bec est nettement courbé vers le bas avec une structure filtrante, la mâchoire supérieure s’ajuste dans la mâchoire inférieure comme un couvercle. La langue charnue travaille de long en large comme un piston. Elle est couverte d’une multitude de poils qui aident à filtrer l’eau et la nourriture au travers des lamelles. 
Le flamant du Chili a un plumage blanc rosé pâle. Les ailes sont rosâtres avec les extrémités noires sur les primaires et les secondaires, très visibles en vol.
Le flamant du Chili est capable de nager aussi bien que de voler. C’est un migrateur. Le flamant passe la majorité de son temps à lisser ses plumes, utilisant son bec pour distribuer une huile provenant de la glande située à la base de la queue sur le plumage pour l’imperméabiliser. Il se baigne et se repose le reste du temps. Il nage aisément et se baigne en eau douce peu profonde, pouvant immerger entièrement son corps.

Bolivie 2

Flamant des Andes (Phoenicoparrus andinus)
L : 102-110 cm
Poids : 2000-2400 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU : 

Le Flamant des Andes est le troisième flamant Sud-Américain, avec le Flamant de James et le Flamant du Chili.
Cette espèce est classée comme étant Vulnérable, les populations ayant décliné à cause des dérangements humains, de la collecte des œufs et de la perte de l’habitat.
Il est étroitement associé auFlamant de James. Tous deux sont rares.
L’adulte a le plumage rose pâle, excepté sur la tête, le cou et le haut de la poitrine qui sont plus foncés, plutôt rose rougeâtre. Les rémiges sont noires et contrastent fortement avec le corps très clair.
Le bec typique est jaune avec une partie noire étendue à l’extrémité, beaucoup plus que chez le Flamant de James. Les yeux sont bruns avec des lores rougeâtres. Le Flamant des Andes est le seul à avoir les pattes et les doigts jaunes. Il n’a que trois doigts, le doigt postérieur étant absent.
Les deux sexes sont similaires. Le juvénile est gris clair. L’immature est grisâtre terne et présente des stries noires nettes sur le dessus.

Bolivie 2

Flamant de James (Phoenicoparrus jamesi)
L : 90-92 cm
Poids : 2000 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Flamant de James doit son nom au naturaliste anglais Henry Berkeley James qui trouva cette nouvelle espèce au Chili.
C’est le plus clair et le plus petit des autres flamants d’Amérique du Sud, le Flamant du Chili et le Flamant des Andes.
L’adulte a le plumage rose pâle, très nettement strié de rouge carmin sur la poitrine et le dos en plumage nuptial. Les longues plumes des scapulaires sont également rouges. Les rémiges sont noires alors que les autres flamants les ont rouges, excepté le Flamant des Andes qui appartient au même genre Phoenicoparrus.
L’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs. Les axillaires sont rose orangé vif.
La tête et le haut du cou sont d’un rose plus soutenu. Le bec typique est jaune orangé vif avec l’extrémité noire, relativement courte comparée aux autres flamants. La peau nue de la face est rouge. Les yeux sont d’un rouge orangé sombre. Les longues pattes et les doigts sont rouge orangé. Il n’a pas d’orteil postérieur.
En dehors de la saison nuptiale, les stries rouge carmin de la poitrine sont moins nettes.
Mâle et femelle ont le plumage identique.
L’immature est grisâtre pâle avec des stries fines noirâtres sur le dessus.

Bolivie 2

Différence entre Flamant de James et Flamant des Andes

Bolivie 2

Six espèces de flamants…

Comme un air de famille chez ces six espèces. De gauche à droite et de haut en bas : flamant rose, flamant des Caraïbes, flamant du Chili, flamant nain, flamant de James et flamant des Andes.

Bolivie 2

Vous comprenez bien que nous n’y comprenons rien… Il nous est impossible de les distinguer !

Pourtant nous avons essayé !

L’important, c’est que nous sachions que nous avons vu les 3 espèces…

Bolivie 2

Ce jour, nous allons continuer à voir de belles lagunes, désert, et sculptures naturelles. Nous retournons à la Laguna Colorada voir les reflets des montagnes. Sans vent c’est superbe.

Bolivie 2

Nous traversons le désert de Siloli pour atteindre l’Arbol de Piedra, qui est un peu un symbole pour les voyageurs. Le désert de Siloli fait partie du désert d’Atacama, le plus sec au monde. Il présente des formations "géomorphologiques" dû à l’érosion par le vent, dont l’Arbol de Piedra.

Bolivie 2

Le site est vraiment sympathique.

Bolivie 2

Notre route nous mène vers la Laguna Hondas.

Bolivie 2

Nous y sommes attendus.

Bolivie 2

Nous roulons à environ 4 400 m d’altitude dans un paysage minéral incroyable ponctué de lagunes bleues, bordées de blanc et tachées de rose. C’est magique. Nous atteignons la Laguna Chiarcota (4 650 m) sur les contreforts du sommet Condoriri.

Bolivie 2

Nous allons vers le volcan Ollaguë, le long de la frontière chilienne, où se succèdent de splendides lagunes. Nous arrivons à la laguna Hedionda. Appelé aussi Laguna Apestosa (lagune puante) en raisons de la forte odeur de souffre.

Nous essayons encore de distinguer les trois espèces de flamants (ou pariwanas en Aymara) à leurs têtes : l’Andin a les yeux sombres entourés de plumes blanches et rosées, le James a des yeux sombres et une sorte de masque sur son bec et le Chilien est albinos avec des yeux blancs…

"T’as beaux yeux, tu sais…"

Bolivie 2

Et sa faune aviaire…

Bolivie 2

Après une pause repas bien mérité, nous obliquons vers la Laguna Negra. Nous traversons d’anciens sites miniers.

Bolivie 2

Laguna Negra…

Bolivie 2

Nous sommes sur l’axe qui part de la frontière chilienne à Uyuni. Nous traversons la Valle de las Rocas. Le paysage est très différent, ce sont des champs de pierres aux formes tarabiscotées, torturées par l’érosion.

Bolivie 2
Bolivie 2

Puis nous tournons en direction de Marku Villa Mar. Nous roulons sur une grande plaine, traversons des champs de quinoa, la présence humaine est de nouveau présente. La journée a été longue et l’on fatigue. Halte à la Laguna Vinto, d’où l’on voit au loin le site d’Italia Perdida.

Bolivie 2

Magnifique ensemble de roche provenant d’éruptions volcaniques. Le nom vient d’un Italien s’y serait perdu à cause d’une tempête de sable où de neige.

Bolivie 2

Nous y découvrons les Viscaches.

"Le Lagidium viscacia ou viscache est un mammifère rongeur de la famille des Chinchillidés. C'est une viscache des montagnes d'Amérique du Sud, appelée pour cette raison souvent viscache des montagnes pour la distinguer de la viscache des plaines (Lagostomus maximus). Elle est parfois confondue de loin avec le chinchilla dont elle occupe le même type de territoire mais, contrairement à ce dernier qui est menacé de disparition, elle y est encore relativement abondante."

Nous passons un long moment à photographier, chercher, débusquer ces charmants animaux à l’air endormi grâce aux compétences de Clemente et d’Agostina.

Bolivie 2

Clemente nous emmène ensuite vers d’autres formations rocheuses, le Camelo et la Copa del mundo. En route, il nous débusque un tatou qui se cache très vite, et, alors que Francis l’aide à le faire sortir, nous en apercevons un (ou le même qui s’est échappé) qui nous lorgne d’un oeil goguenard…

Bolivie 2

C’est la fin de la journée, et nous sommes heureux de poser nos affaires dans notre nouveau bivouac.

Bolivie 2

Le 17/10/18 - Tupiza - Potosi - 3 358 m

Bolivie 2

Pour notre dernier jour, Clemente nous fait une surprise. Il nous mène vers sa laguna préférée, la Laguna Negra.

Bolivie 2

Très beau site où nous passerons un bon moment a chercher des Viscaches.

Bolivie 2

Beau point de vue, oiseaux, baudets, lamas et paysages…

Bolivie 2

Ensuite c’est un long moment sans grand intérêt pour rejoindre San Cristobal où nous devons faire le plein de carburant.
Nous essayons d’apercevoir la belle église en pierre. Le site de l’ancien village (1584) était situé près de la montagne. Mais lors de l’accord d’exploitation à une entreprise minière (argent, plomb et zinc), le village fut déplacé pierre par pierre malgré le désaccord des habitants, la montagne étant sacrée. L’église du XVII° S. fut déplacée plus tard.

Bolivie 2

Nous coupons ensuite par la Peña à la recherche de Suri, de la famille des autruches, et plus petits que les Nandus d’Amérique qui vivent dans les pampas herbeuses. Nous sommes sur des terres où la famille de Clemente a vécu. Nous stopperons pour la pause déjeuner devant la maison d’une de ses tantes. La plupart des habitants de cette zone ne viennent plus que pour surveiller leurs lamas.
Nous rencontrerons une femme d’un certain âge qui tisse en gardant ses lamas. Clemente la connait et demande pour nous la permission de prendre des photos. Pour la remercier, nous lui offrons des gâteaux, et des restes de victuailles (café, thé, confiture) entamées. Je note le respect avec lequel Clemente s’adresse à elle.

Bolivie 2

Nous continuons à chercher les Suris. Nous voyons beaucoup de lamas, dont pas mal de blancs. Ils sont vendus plus cher car il porte chance. Quelques vigognes aussi nous regardent passer. Nous arrivons à une autre merveille de la nature, Ciudad del Encanto… Véritable citadelle de sable, créée par les éléments naturels.

Bolivie 2

Nous passerons un bon moment à marcher et à découvrir le site.

Bolivie 2

Puis, dans le secteur Cerillos, nous verrons enfin nos Suris, certes de loin…

Bolivie 2

Nous revenons sur nos pas à Tupiza. Nous avons décidé de manger tous ensemble des pizzas pour conclure de manière sympathique ce séjour.

Nous avons failli ne pas y assister, un c… avait bloqué notre porte arrière et impossible d’ouvrir, le propriétaire du parking savait bien que l’on revenait… Bref, un foutu foutoir, d’autant qu’il était impossible de contacter le c….
Nous serons sauvés par le chauffeur ou propriétaire d’un autre tour opérateur, qui grâce à notre sangle, a reculé le véhicule. Yes ! On rentre chez nous ! Et on ne rate pas la pizza !

Plus concrètement, nous ne regrettons pas d’être passé par l’agence La Torre qui nous a permis de créer notre parcours. La compétence de Clemente, chauffeur et guide sont indissociable de la réussite de celui-ci. Il nous a laissé libre de décider de nos arrêts et du temps que nous souhaitions pour faire nos photos.
Avec du recul, nous pensons que nous n’aurions pas profité autant des paysages, car nous aurions passé notre temps à scruter la surface des pistes, sans compter la fatigue engendrée par le mauvais état de celle-ci. De plus, nous n’aurions pas fait ce grand tour dans la crainte de casser le véhicule ou cela nous aurai pris beaucoup plus de temps.

Bolivie 2