Chili du 09/02 au 14/03/2013

Le 10 mars 2013 - Puyuhuapi

Pas la peine de préciser le temps !!! Pourtant nous sommes dans la partie de la Carretera du parc Queulat. Forêt pluviale, cascades, cours d’eau… nous sommes dans un environnement sauvage, presque impénétrable. La route étroite se faufile au milieu de plantes exubérantes. Les fougères sont énormes, les arbres couverts de lichen, des plantes de la famille de la rhubarbe présentent des feuilles gigantesques !!!  Quel dommage d’avoir les essuie-glace !!! Nous arrivons au parc Queulat, et le guadaparque ne cède pas devant mon charme légendaire (j’entends des rires !!!), nous devons aller dans le camping. Comme le temps n’est pas top pour les deux jours suivants, on décide de continuer. Nous ne sommes pas contre de payer, mais si cela en vaut le coup ! Nous aurions pu rester sur le parking, nous le faisons souvent… mais pas là !!! Grrrr !!!

Chili 1

Le village de Puyuhuapi au fond du fjord est super tranquille, il fait bon s’y promener en flânant.  Nous dormons a coté de la place, mais nous aurions pu aller un peu plus loin au bord de l’eau… Un belle halte. Nous avons décidé de refaire cette portion de la Carretera l’été prochain ! Nous la prendrons à partir de Coyhaique voir Hugo et ferons tout les endroits qui nous plu et ceux qui restent à découvrir.
Nous arrivons à nous connecter afin de connaître la météo des prochains jours, et nous discutons avec Patévéro, ils sont en Argentine, eux aussi ont fuis la pluie. Nous y apprenons que la portion de route entre La Junta et Villa Santa Lucia n’est vraiment pas top, travaux, route défoncée… !

Du 11 au 13 Mars 2013

Départ sous un soleil timide… et arrêt casse-croûte 10 km plus loin… Décidément, nous nous prenons vraiment notre temps ! Nous croisons de jeunes français Florence et Franck en vélo, partis pour un an et qui roulent depuis 2… On discute, on discute… nous arrivons enfin au village de la Junta… pour une pause sur la route, c’est sympa d’autant que l’on peut se connecter à Internet… Nous y croisons… maman cochon qui s’est échappée et qui trimbale sa progéniture dans les rues et la place… un bon moment !

Chili 1

Nous sommes fin prêt à partir de bonne heure… on pense à la galère qui arrive… On passe les travaux… pas s’y mal que ça tout compte fait ! Puis on arrive sur une autoroute !!! Là, on se dit que Véro n’a pas eu de chance… Mais cela ne dure pas !!!!! Arrêt casse-croûte pour se détendre…. Puis arrêt douche, lessive… tout pour oublier que l’on doit retourner sur un ripio horrible et plein de trous !!! On en oublie que les paysages sont toujours aussi fabuleux, à force de scruter  la route. Puis nous arrivons au bout de nos 75 km, dans un village… que l’on a failli passer !!! Tout petit !!! Mais on arrive quand même à acheter du Pisco !!!

Chili 1

Nous nous réveillons dans un nuage de brouillard !!! Et il ne fait vraiment pas chaud !!! 5° au réveil… on a du mal à sortir des draps !!! Nous ne nous pressons donc pas (ça on sait bien faire !) et attaquons la route en direction du Paso Futaleufu pour rejoindre l’Argentine. Le brouillard ne nous importune pas longtemps et nous découvrons encore des somptueux paysages. Belle route agréable sur 35 km !!! Tout content !!! A l’intersection Palena/Futaleufu, nous prenons 2 auto-stoppeurs canadiens et américains. Ils sont super présents au Chili !! Ils parlent anglais et je réponds espagnol !!! C’est-y pas beau !!! Le reste de la route est moins sympa pour la Roulott’, mais à coté d’hier !!! Du gâteau !!! La route est bordée par endroit de rangée de genets. Le Rio Futaleufu à une couleur turquoise superbe, on aimerai le voir plus, mais la végétation haute et fournie nous cache la vue. Au village, sympa d’ailleurs, nous nous promenons et achetons… du Pisco !!! Nous bivouaquons au bord de la lagune, encore super tranquille !!

Chili 1

Le 14 mars 2013

Au réveil, je me sens super fatiguée… mal de tête et pas envie de grand chose… C’est pas souvent, mais bon… Du coup, on ne fera pas les promenades de la réserve… On passe la frontière ce matin…
 
Nous avons vraiment adoré cette région de la Patagonie chilienne, Les paysages, les villages, les chiliens qui sont charmants dès qu’on leur offre un sourire et une salutation. Ce mélange cosmopolite d’immigrants et de descendants de natifs qui partagent cette vie dans des conditions météorologiques pas évidentes nous a conquis. Les chiliens d’Aysen disent que « se presser c’est perdre du temps », tout est tranquille et pausé, nous y avons vraiment pris goût. Nous sommes sûrs d’y passer encore des moments formidables… Hasta luego amigos !

Plus...