Chili du 07/12/2013 au 28/02/2014

Nous filons au secteur Anticura. Nous devons payer 1 000 pesos par personnes (1.5 euros) pour effectuer les sentiers. Toujours entouré de forêt qui nous paraît moins touffue que celle de Queulat. Ce secteur est situé au pied du volcan Puyehue, qui fut responsable par l’intermédiaire d’une fissure sur ses contreforts, de l’éruption de gaz et de cendres qui recouvra le secteur de Bariloche et des sept lacs en 2011. En 1960, lors du terrible tremblement de terre, il y eu une éruption qui dura 47 h, qui modifia le paysage de forêt humide en un désert de dune et de lave.

Chili 1

Nous avons la permission de dormir à côté des guadaparques, et le lendemain matin nous effectuons deux autres sentiers. Le premier nous entraîne au saut du Pudu, pas vu le Pudu… Peu d’oiseaux d’ailleurs, nous voyons beaucoup moins d’oiseaux et d’animaux au Chili… Seraient – ils en voie d’extinction ? Nous montons au mirador del Puma dans la foulée. Mais des nuages nous cache le sommet du volcan Puyehue.

Nous garderons un bon souvenir de ce parc.

Chili1

Du 28 au 30 janvier 2014 – Tour du lago Ranco

Après un ripio très mauvais… ce qui entraîne un léger mécontentement… nous décidons de reprendre la route asphaltée, c’est meilleur pour les nerfs… Nous passons quand même à Chirre où se trouve un très profond canyon, le plus profond du Chili d’après le guadaparque. Il est tellement noir, que nous ne faisons pas de photos. Nous arrivons au balnéario de Lago Ranco, très mimi, et avec peu de monde en plus. Nous y flânons et passons la nuit en compagnie de Jorge et de Maria-Teresa.

Chili1

Le lendemain, je trouve sympa de faire le tour du lac… sauf que la route est en travaux et que des passages ressemblent plus a du trial que du 4x4. Là, on se dit que l’on est content que la Roulott’ soit tout-terrain ! Nous retrouvons par hasard Jorge et sa femme à la plage de Rininahue. Une descente très raide… qu’il va falloir remonter ! Baignade (24°) et apéro.
Nous pensions rester deux jours… que nenni ! Le temps se met à la pluie et d’après Jorge, ce n’est pas fini. On joue les lâches et plions bagages. Nous avions craint la remontée, ben même pas ! La Roulott’ nous fait ça les doigts dans le nez. Même pas drôle !

La route est asphaltée… quand elle n’est pas en travaux. Nous stoppons à Puerto Llifen. Un tout petit coin sympa au bord de l’eau. Le temps est gris et la pluie apparaît en fin de journée, et durera toute la nuit. Le lac faisait un bruit de mer !

Chili1

Du 31 janvier au 02 février 2014 – Lago Rinihue

Nous filons ! J’ai repéré sur la carte un bout de lac ! C’est parti ! Nous arrivons sur un balnéario gratuit. Que du bonheur ! Nous, nous installons au bord du lac, peu de monde, des oiseaux et pas de taons.

Chili1

Nous passons le lendemain sous un temps gris, lessive, musique, site à mettre à jour, lecture… Observation et photos d’oiseaux. Nous voyons un Martin-pêcheur géant !

Une jeune équatorienne Jacqueline, nous demande si elle peux camper à côté de nous pour plus de sécurité. La pluie arrive en fin de journée et durera tout le lendemain. Nous proposons à Jacqueline de partager un thé, qui durera toute la journée. Nous apprenons plein de choses intéressantes sur l’AmSud. Elle fait de la sociologie à Buenos Aires.

Le Martin-pêcheur a attrapé un poisson devant nos yeux !

Chili1

Du 03 au 07 février 2014 – Tour des Lagos Calafquen, Panguipulli – Direction Puerto Fuy

Arrêt courses et halte pour la nuit à Panguipulli. J’aime pas. Après une nuit calme, nous allons en direction de Licanray. Les places autour du lac sont payantes, on continu.

Bien nous en a pris, car nous trouvons un bout de plage avant Conaripe et y passons la nuit. Nous avons ramassé des mures avant que le temps se dégrade, des trombes d’eau toute la nuit ! Le lendemain, c’est plus clair et continuons notre route. Nous apercevons enfin le volcan Villarica, nous passons le long d’une superbe laguna sur un bon ripio.

Chili1

Nous prenons la route qui longe le lago Panguipulli jusqu’au village de Choshuenco. Le plafond bas ne nous permet pas de voir le volcan du même nom. Nous dormons en bord de plage au bout du lac.

Chili1

Nous repartons en direction de Puerto Fuy, d’où l’on peut aller en Argentine par bateau, puis route. Nous passons sans nous arrêter devant le parc qui compte la cascade Huilo-Huilo et l’hôtel du même nom. Le prix nous paraît trop élevé pour trois cascades, un musée, des cerfs et des sangliers. Les infrastructures sont par contre magnifiques.

Chili1

Nous traversons la petite ville de Neltume, nous apprécions les sculptures qui jalonnent la rue principale.

Chili1