Chili du 07/12/2013 au 28/02/2014

Le 11 janvier 2014 – Chepu

Je souhaite passer par Quicavi, d’un, l’église est petite et carrée à l’inverse des autres et de deux, c’est le lieu (sûrement une grotte) ou se réunissent les Brujos.
 
Mythologie :
 
La Brujeria : Société secrète des sorciers.
Les sorciers de l’archipel de Chiloé, « los brujos », forment une confrèrie secrète dans laquelle il n’est possible d’entrée que lorsque l’un des membres de sa famille est déjà « brujo » et seulement après une initiation qui fait elle-même l’objet de légendes. En particulier, le candidat doit passer plusieurs nuits sur une tombe de l’un des cimetière de l’île, et recevoir une onction destinée à effacer le baptême chrétien. Le meurtre de la personne aimée est une des épreuves obligatoire selon certains textes. Les réunions des sorciers se déroulent dans une grotte souterraine secrète dont l’entrée est gardée par « el invuche », être humain kidnappé et déformé par les « brujos » dès son plus jeune âge à l’aide de procédés mécaniques et d’onguents magiques (Tête tournée à 180°, puis une jambe attachée dans le dos et un bras cousu sous la peau. Il mange de la chair humaine et boit du lait de chatte. Très dangereux). 
Ils ont aussi une messagère, la Valadora, qui vomit ses entrailles la nuit de façon à être assez légère pour pouvoir voler et délivrer leurs messages aux « brujos ». Au matin, elle ravale ses tripes et redevient femme.
Les « brujos » sont capables de voler d’une île à l’autre, de se transformer en animaux et de jeter des sorts sur les habitants de l’archipel. Ils naviguent aussi sur le « Caleuche ». Le « Caleuche » est un bateau pirate incandescent, piloté par les « brujos », les sorciers. Apparaissant par temps de brume, il se déplace à grande vitesse, peut naviguer contre le vent, aussi bien sur l’eau que sous l’eau.
Attirés par la puissante suggestion mélodique de son orchestre composé des sorciers membres de l’équipage, les marins imprudents sortis par temps de brume, tombent alors dans la piège du « Caleuche », ces hommes et marins disparaissant mystérieusement, captifs des sorciers et soumis à un contrat de cent ans à bord du bateau pirate.

Chili 1

Bon, j’ai pas vu de sorciers, pas vu de grotte… Mais j’ai vu la tête d’un dragon ! Nous allons voir l’église de Colo qui est très belle, très rustique. L’intérieur possède un charme désuet, le plafond bleu ciel est parsemé d’étoile. Des ex-voto en forme de bateau descende du plafond comme dans certaines églises de bretagne. Le site est charmant.

Chili1

Souhaitant manger un « curanto », nous poussons jusqu’à Qemchi. Nous ne sommes pas emballé par le village, nous allons au restaurant El Chejo, mais ils ne font pas encore de curanto car il n’y a pas assez de passage. Quel dommage, dire qu’à Delcahue il y en avait, mais nous avions de quoi manger !!! Grrr… Du coup, on se rabat sur un « congrio » super bon !

Chili1

Ne souhaitant pas dormir à Quemchi, nous continuons vers Chepu, de l’autre coté de l’île. Le site est sympa, mais des barbelés courent des deux côtés du chemin, nous empêchant de nous poser. Nous continuons en direction de l’océan et de la plage. Nous stoppons notre progression, car le chemin se rétréci et commence à descendre bigrement raide. Bien nous en a pris, car des marches en pierre nous aurait poser de gros problèmes lors de la remontée. Des insectes ressemblant à des taons en moins agressifs nous tourbillonnent autour. Je passe mon temps à les chasser avec une branche. Nous commençons à nous prendre pour des moulins à vent ! La circulation étant proche de zéro, nous restons en bord de chemin sur un coin d’herbe.

Chili1

Le 12 janvier 2014 – Caulin

Allez encore une légende !

El Trauco et la Fiura :

Ce n’est pas et de loin, le personnage le moins original de l’imagerie populaire chilote. Le Trauco est en effet un petit homme difforme et puant, vêtu de paille et coiffé d’un chapeau conique. Ses pieds sans talon ressemblent à des moignons. Il porte une hache de pierre ou un bâton et ne produit que des sons gutturaux. Le Trauco vit dans les forêts. Malgré sa petite taille, il est doté d’une force herculéenne : trois coups de sa petite hache lui suffisent pour abattre n’importe quel arbre, aussi grand et dur soit-il. Son bâton lui sert à maintenir l’équilibre de son corps difforme lorsqu’il marche. Il passe sont temps dans la forêt à tisser son habit de paille. Le Trauco persécute les femmes célibataires pour les déflorer. Et malgré son aspect répugnant, il éveille chez les jeunes filles un désir irrésistible. Elles partent alors à sa recherche au milieu des bois. Lorsqu’elles l’ont trouvé, elles se jetent à ses pieds, le suppliant de les déflorer. Si quelqu’un arrivait alors, le Trauco pourrait le tuer de son seul regard, ou lui jeter un sort qui le laisserait déformé des mains, des bras ou des jambes. Cela dit, il est possible de combattre le Trauco, en lui criant des insultes et en lançant des braises dans le feu. Si on arrive à l’attraper, il faut le pendre à la crémaillère du foyer. Il se transformera alors en bâton tordu avec lequel on pourra guérir les victimes de ses maléfices.

La Fiura est le pendant féminin du Trauco. Elles est aussi de petite taille et horriblement laide, pour ne pas dire répugnante. Elle habite aussi les forêts. Très coquette, elle se baigne dans les ruisseaux et les cascades, où elle peigne avec délectation sa longue et abondante chevelure avec un peigne de cristal. Après le bain, elle s’assied sur la mousse et reste nue pendant des heures. Partenaire infatigable des célibataires, elle est la perversité faite femme et se délecte de faire du mal à ceux qui la repousse, qu’il s’agisse d’animaux ou d’êtres humains. Malgré tout, elle a un grand pouvoir de séduction. Mais une foit satisfait son appétit sexuel, elle rend fou sa victime.


Le site où se trouve le village de Caulin, se trouve à une dizaine de km de l’embarcadère. Nous ne passons pas à Ancud, et filons voir s’il y a des oiseaux dans l’anse. Lors de notre arrivé, nous achetons des palourdes à des pêcheurs. Nous, nous installons sur le bord de l’eau et regardons passer les cygnes. Nous passons tranquillement l’après-midi, et le soleil nous accompagne.

Chili1

Dans la soirée, nous assistons au ballet fou d’une aigrette blanche, qui nous donne des fous rires.

Chili1

Puis, nous voyons un OVNI (Oiseau Volant Non Identifié). Bec courbe, la partie inférieure plus courte que la supérieure, ressemblant à un gros martin-pêcheur, qui vole au raz de l’eau, le bec ouvert. On dirait qu’il écope…. Nous avons appris que ce sont des Bec-en-ciseaux-noirs.

Chili1

Nous passons la soirée à admirer les oiseaux et nous sommes récompensés par un superbe coucher de soleil.

Chili1

Notre découverte de Chiloé se termine demain. Nous sommes sous le charme de cette île. Les gens y sont super gentils, avec le sourire et toujours prêt à nous aider. Le paysage vallonné et verdoyant est agréable. On peut y dormir partout, sans problème, les plages sont accessibles, beaucoup de routes sont asphaltées. On peut y manger des fruits de mer et du poissons pour peu cher, que l’on achète directement aux pêcheurs. Nous, nous y sommes sentis bien. Les églises sont atypiques, et différentes les unes des autres. On y trouve une architecture particulière. Chiloé est aussi un pays de légendes très présentes, et dotée d’une gastronomie particulière. Bref, un séjour super agréable.

Plus...