Nous repartons après une bonne nuit bercé par le chant des "grillons" et le croassement des grenouilles et crapauds. Ce sera 4 heures de canoë au milieu des dauphins, tortues, crocodiles. Javier nous attrape un crocodile noir à la main. C’est un petit mais il est farouche.
Nous apprenons qu’il y a deux espèces qui se côtoient, les noirs qui sont agressifs et les blancs plus cool mais qui s’énervent seulement au moment de la reproduction.
Ce sera encore des oiseaux et de beaux paysages avec le soleil qui nous accompagne.

Pérou 2
Pérou 2

Arrêt repas rustique mais super sympa. Nous dormirons pour deux nuits au centre de vigilance.

Nous irons, le lendemain ouvrir avec Javier ouvrir un nouveau sentier à coup de machette. Pas facile de s’y retrouver dans cette végétation, on escalade des troncs et on tente d’avoir le sens de l’orientation. Javier nous indique les arbres et les plantes médicinales. Trace de tapir, nourriture (champignons) des tortues terrestres mais sans les tortues.

Pérou 2

Au retour Francis part pêcher en canoë et nous ramène 9 piranhas. Dépité, Javier en profite pour arrêter de pêcher. Repas du soir assuré pour nous et les guides !

Pérou 2

Après une bonne nuit, nous repartons vers le camp intermédiaire où nous avions fait un repas, mais ce coup ci nous allons y dormir. Pas de mur entre nous et la nature seulement notre moustiquaire c’est sympa. La pluie nous rattrape, un vrai déluge ! Nous attendons la fin et allons, bottes aux pieds, voir si l’on peut observer quelques singes. Les arbres sont tellement haut que le torticolis est proche. Je "gadouille" allègrement dans mes bottes (du 38 au lieu de 35).

Pérou 2

Nous verrons un joli serpent rouge mangeur de cucarachas (blattes), il est descendu du plafond en feuille de palmier et se promène tranquillement sur un matelas ! Pas du tout venimeux, il est très important pour assénir les habitations.

Pérou 2

Nous effectuerons une sortie de nuit en canoë. Nous avons fait l’erreur de ne pas prendre l’appareil photo. C’est incroyable de voir dormir sur leur branche les plus petits martins pêcheurs, ils ne bougent pas malgré leurs yeux ouverts, on pourrait les prendre à la main. Javier nous attrape de nouveau un crocodile mais blanc qui se laisse faire. Il fait bien 1 m 50… Il nous harponne aussi un beau poisson pour le repas du lendemain. Nous voyons de gros crapauds marron au ventre blanc qui font un bruit de moteur.

Mais c’est la navigation dans le noir qui fait le plus flippé…

Lendemain retour à Gloria, avec un beau soleil. On continue les photos des animaux et des paysages. Films des dauphins et des loutres.
Dans la journée nous aurons vu le condor de la selva et deux anacondas. Ils sont particulièrement difficiles à photographier, couchés sur des branches pour digérer et lové sur eux-mêmes.

Pérou 2

A notre arrivée on frise la surpopulation ! C’est plein de canoës. Nous admirons encore nos beaux oiseaux tisserands sur les arbres à caoutchouc. Nous allons faire un gros dodo après une douche rafraichissante. Demain on se lève aux aurores pour retrouver la civilisation.

Pérou 2

Il y a 6 heures de rames pour retourner à Lagunas, peu d’eau et du courant contraire. Nous compatissons aux efforts de nos guides. La pluie nous accompagne et je finie les fesses dans l’eau ! Du coup on ne sort pas top l’appareil photo. Nous sommes contents d’arriver et nous jetons sous la douche avant même de demander le prix de la chambre. Nous allons prendre nos billets de retour en compagnie de Javier, puis nous dinons dehors dans une gargote en compagnie d’un charmant couple de belges.

Pérou 2

Nous sommes prêt à 8h15. Nous déposons nos sacs au "bureau" de la compagnie et allons prendre un "desayuno", notre petit déjeuné sera pour Francis un gros plat de viande et de légumes, je me contenterai d’une grosse soupe. Le tout avec ou du café ou un "mate" (thé) de cannelle et clou de girofle, de pomme ou hierba louisa. Puis c’est l’attente du bateau au "port".

Pérou 2

Au lieu de 9h30 on nous l’annonce à 10 h. Et en plus lorsqu’il arrive, il est plein à bloc ! Nous ne pensons pas avoir de place à bord car peu de gens en descendent. Après avoir descendu la rive et poussé les vendeurs pour accéder à l’intérieur du "cigare" nous trouvons deux places pour nous, mais pas à côté. Les jeunes passagers se tassent au fond. Puis la police monte et après un aller retour demande à ce que des passagers descendent car le bateau est trop rempli. A ce moment, on voit des gens faire semblant de dormir pour ne pas avoir à descendre ! Bref au bout d’une demi heure supplémentaire, nous finissons par partir. Mon voisin, très sympathique fini par se lever et dire à Francis de me rejoindre.

Pérou 2

Au bout de 5h30 de voyage sur des banquettes défoncées, nous arrivons au port de Yurimaguas. Pas le même qu’à l’aller à quelques mètre de Ch’uru, mais celui à l’autre bout de la ville. On se dit qu’un peu de marche nous fera du bien, mais entre la chaleur et le poids des sacs, nous sommes contents d’arriver.

Pérou 2

Ça trie, ça range dans une chaleur étouffante. Puis nous allons au bar de l’hôtel profiter d’une bonne bière bien fraiche et de la wifi inconstante. Nous en profitons pour grignoter des chincharones de pescado.

Les 20 & 21/07/18 - En direction de Chachapoyas - San Martin

Le lendemain courses et nous prenons la route en sens inverse. Etape courte et bivouac au parking de la Cordière Escaladera. 

Nous rejoignons le lendemain la Laguna Pomacochas (820 m) . Ch’uru fait des siennes, Nous avons un manque de puissance qui nous pose problème, nous avons du mal à monter les côtes. Arrivera, arrivera pas ? Le seul garage du village est fermé. Nous allons au parking de la lagune (2 239 m), pluie et ciel couvert, en plus de nos rhumes, ce sera bien au chaud dans notre nid douillet que nous passerons la fin d’après midi.

Les 22 et 23/07/18 - Chachapoyas - Amazonas - 2 334 m

Il pleut. Ch’uru à l’air d’aller mieux, nous partons pour Chachapoyas. Le temps ne s’améliorant pas, nous n’allons pas à la cascade de Gocta. De nouveau des soucis avec Ch’uru en arrivant. On se dit qu’il vaut mieux prendre un tour pour aller visiter Le site des Sarcophages de Karajia.

Pérou 2

Visite de la ville pour passer l’après midi.

Pérou 2

"La ville porte le nom du peuple Chachapoyas qui sont un peuple andin dont le nom signifie « guerriers des nuages ». Connus pour leur peau blanche et leur grande taille, ils vécurent sur un territoire d'une superficie de 65 000 km2, à cheval entre la région de San Martín et celle d’Amazonas. Ils auraient connu leur âge d'or aux VIIe et VIIIe siècles, donc bien avant les Incas .
Les Incas eurent du mal à soumettre les indiens Chachapoyas, qui ne furent finalement soumis et intégrés à l'empire qu'après plusieurs longues et difficiles campagnes, dont la dernière fut menée par l'Inca Tupac Yupanqui vers 1475. Mais même après cette date, ils se rebellèrent souvent.
En 1532, l'Inca Atahualpa demanda à Francisco Pizarro, comme gage de sa bonne volonté, de l'aider à combattre les Chachapoyas, en révolte contre son autorité. Finalement les indiens Chachapoyas firent alliance avec les Espagnols.
En 1536, ils refusèrent de prendre part à la rébellion de Manco Capac II.


Nous avons rendez vous à l’agence à 8h30. Nous allons en premier visiter la grotte de Quiocta. C’est un sanctuaire chachapoyas, il y a été retrouvé des ossements. La grotte n’est pas des plus spectaculaire mais de belle forme longue de 500 m. Le terrain bien boueux et mes bottes de 3 tailles supérieures à mes pieds ne sont pas compatibles, ça patauge sec !

Pérou 2

Après un repas au village de Lamud, nous reprenons la route, enfin des chemins qui traversent de petits villages. Nous avons eu le nez fin car nous aurions galèré avec notre Ch’uru asthmatique. Ce coup ci ce sont les sarcophages que nous allons voir. Nous arrivons au village de Cruz Pata et finissons à pied par un chemin de 1 km sportif.

Pérou 2

"Leurs morts étaient installés dans des sarcophages de deux mètres de haut, composés d’argile, de paille et de bois : ce sont les Purunmachus. Les corps retrouvés étaient bien momifiés, très bien conservés, ce qui est étrange au regard de la très forte humidité ambiante. Ils pratiquaient la momification depuis le début mais de deux manières différentes : la première consistait en une momification ‘’naturelle’’ par le dessèchement du corps exposé au soleil durant des jours. Les Chachapoyas pratiquaient, dans les périodes les plus récentes, l'embaumement des morts. Ils ôtaient les organes par le fondement du corps : soit par le vagin pour les femmes, soit par l'anus pour les hommes tel que le pratiquaient les Egyptiens. L’orifice était ensuite bouché par un tampon de tissu enroulé . Des boules de coton étaient placées entre les dents et les joues afin de leur conserver du volume. Les Chachapoyas en plaçaient aussi dans le nez. La peau du visage était enduite d'onguents, ce qui donne aux visages des momies une coloration tannée.
Par contre, ils emballaient littéralement leurs morts dans des sacs de cuirs serrés par des cordages. A l’intérieur des sarcophages, les corps étaient entreposés au fond, en position foetale. Ces sarcophages ont été retrouvés scrutant les cieux et les vallées qu’ils surplombaient."


Pérou 2

Retour sportif aussi. A croire que notre chauffeur a subit une transformation à la Docteur Jekill et Mister Hyde à l’approche de la nuit, il conduit comme un Fanggio ! Nous sommes contents d’arriver.