Le 01/08/18 - Marcahuamachuco - La Libertad - 3 600 m

Nous faisons quelques kilomètres pour arriver au village de Huamachuco. Nous faisons sensation lors de nos achats au marché.

Nous sommes les seuls gringos… Nous discutons avec les vendeuses, acheteuses et passants, tous soucieux de savoir ce que l’on pense de leur pays. Très sympa.

Nous continuons jusqu’au site de Marcahuamachuco et nous garons dans le dernier lacet qui nous servira de bivouac avec une très belle vue sur la vallée.

P"rou 2

Le site archéologique pré-inca est considéré par certain comme le Machu Picchu du nord et comme le joyau de La Libertad.
Les constructions dateraient de 500 AC à 700 DC avant l’expansion de la culture Huari et la civilisation aurait continué jusqu’en 1400 DC.
Ce fut manifestement le plus important centre religieux, politique, économique et militaire du nord du Pérou avant la conquête par les Incas.

Pérou 2

Dès l’entrée, nous voyons des tours rectangulaires qui ont contenues des restes humains et des offrandes. Il apparait qu’à un moment de l’histoire, ces tours furent brulées intentionnellement.

Pérou 2

Les constructions de pierres sont élaborées, en pierres de différentes tailles "cimentées". Les angles sont fait en superposant de gros blocs horizontales et verticaux. Nous verrons aussi de belles constructions rondes.

Pérou 2

Peu de touristes étrangers viennent voir ce site à l’écart des routes touristiques. Nous écourtons un peu la visite car la pluie nous rattrape.

Le 02/08/18 - Otuzco - La Libertad - 2 663 m

Pas de bivouac évident sur la route. Nous prenons un point Ioverlander dans la ville d’Otuzco. Même le Lonely en parle, mais la ville ne nous plait pas, routes défoncées, rues étroites qui finissent parfois par des escaliers et impossible de savoir dans quel sens circuler dans celle-ci. Nous finissons par atteindre le bivouac. Ça parait tranquille et nous n’avons pas envie de reprendre la route. Nous assistons à un examen du permis moto à la péruvienne, faire le tour des plots au ralenti. Plusieurs essais sont tolérés…

Pérou 2

Du 03 au 06/08/18 - Trujillo - La Libertad - 0 m

Direction le camping. Ce n’est jamais pour du repos ! Lessive, maintenance du véhicule…

Deux jours sans internet ! Puis ce sont les mises à jours des logiciels GPS et autres…

Le 07/08/18 - Chan Chan, Huaca de la luna et Puerto Morin - La Libertad - 0 m

Nous partons de bonne heure pour notre tournée de visite. Il ne fait pas très beau, mais c’est habituel sur cette ville. Nous commençons par le musée du site de Chan Chan qui contient assez peu de pièces, mais plein d’explication.


"Le royaume Chimú se caractérise par son système centralisé et sa formidable organisation qui n'avait rien à envier à celle des Incas. Il donne naissance à un essor urbain grâce auquel les besoins et le niveau de vie ne cessent de croître. Un système administratif puissant et une technique de production de masse, tant dans l'agriculture que dans la céramique et les tissus, sont servis par un réseau routier jalonné de relais où les marchands trouvent des gîtes d'étape. Un corps de coureurs de poste, les chasquis, système que les Incas reprendront à leur compte, est affecté à la transmission rapide des informations.
L'expansion urbaine fait de la cité la plaque tournante des échanges et le lieu de rencontres entre les différentes classes sociales. C'est également le siège du pouvoir et le souverain s'y établit en d'immenses quartiers palatins. Chan Chan fut, vraisemblablement alors, la plus vaste capitale de l'Amérique andine. La cour est d'une opulence extrême. L'architecture donne une importance primordiale aux palais, par opposition aux constructions de l'époque Mochica qui étaient surtout de caractère religieux.
Les Chimú furent avant tout d e grands spécialistes de l'agriculture "intensive" en plaine côtière : fort doués pour l'ingénierie hydraulique et les travaux d'irrigation, ils réalisèrent des réseaux de canaux qui permettaient de relier plusieurs vallées côtières entre elles, comme celles du rio Chicama et du rio Moche près de Trujillo, des rios La Leche, Lambayeque, Reque, Zaña et Jequtepeque près de Chiclayo. Ils creusaient des puquios, ou acqueducs souterrains, pour aller chercher l'eau de la nappe phréatique, et construisirent aussi bon nombre de petits lacs de retenue. Leur réalisation la plus fameuse dans ce domaine est le Canal de la Cumbre, remontant à l'époque Mochica mais qui fut ensuite prolongé par les Chimú pour dériver l'eau du rio Chicama vers Chan Chan : long de 75 km, il franchissait un petit col à 180 m d'altitude et ses rives avaient été totalement empierrées, pour éviter l'érosion. Certains de ses tronçons sont encore en usage aujourd’hui.
Les Chimú on t évidemment hérité de la longue et riche tradition potière des Mochica. Le style est caractérisé par sa couleur, à prédominance noire, bien que le rouge joue également un rôle important. La plupart des vases sont moulés, non seulement pour la forme, mais aussi pour les dessins. Bon nombre d'entre eux comprennent deux parties, reliées par une anse. Cependant, ils ne parvinrent pas à égaler, dans cet art, l'habileté et la finesse de leurs prédécesseurs Mochica.
Aucun peuple de l'Ancien Pérou n'a produit autant d'objets d'or que les Chimú, et n'a su travailler ce métal avec autant de raffinement. Ils passèrent maîtres dans l'art de façonner les métaux, et dans les diverses techniques qui en découlent : soudures, placage, alliages, incrustation de pierres précieuses…
Hormis les tumis, ou couteaux sacrificiels, on trouve de nombreux vases cérémoniels, des plaques pectorales, d'innombrables variétés de bracelets, colliers et pendentifs. De très nombreuses pièces sont aujourd’hui conservées dans les musées du Pérou, dont le Museo de Oro de Lima mais aussi dans le magnifique Museo de las Tumbas Reales de Sipán, à Lambayeque.
C'est à la charnière des règnes de Pachacutec et de son fils Tupac Yupanqui, vers le milieu du 15e s., que les Incas attaquèrent le royaume Chimú. Pour ce faire, les incas sollicitèrent et reçurent l'appui des sujets du royaume de Cuismancu, c'est-à-dire les Cajamarcas, lesquels étaient traditionnellement ennemis de leurs puissants voisins du Nord. Si les Chimú possédaient des troupes nombreuses et d'imposantes lignes de défense, comme la forteresse de Paramonga, ou encore la fameuse "muraille du Santa", ils semblaient avoir perdu les qualités guerrières de leurs ancêtres. Vers 1457, les Incas mirent le siège devant Chan Chan et coupèrent les canaux qui alimentaient la ville en eau. L'Inca Tupac Yupanqui, magnanime, traita généreusement le roi vaincu et en fit son nouveau vassal : il le maintint au pouvoir et fit instruire ses fils à Cuzco, conformément aux principes de la politique d'assimilation qu'il menait dans tout l’empire."


Pérou 2
Pérou 2

"La cité de terre (en adobe) de Chan Chan d’une superficie d'environ 20 km2, fut construite entre 850 et 1470 apr. J.-C., et fut une capitale impériale jusqu'à sa conquête par l'Empire Inca au XIVe siècle.
La ville comptait environ 30 000 habitants.
La ville est composée de dix citadelles fortifiées, remplies d'eau et de sable, comprenant des salles de cérémonie, des chambres mortuaires, des temples, des réservoirs et des résidences.
Chacune de ces citadelles a une configuration rectangulaire avec une entrée sur son côté septentrional, de hautes murailles, et un labyrinthe.
La cité de Chan Chan ne présente pas de plan d'ensemble ni de schéma d'urbanisme. Le tissu urbain se compose
de six types d’architecture :
Habitations et ateliers destinés aux classes moyennes, répartis dans la cité constructions intermédiaires destinées aux aristocrates qui ne sont pas de sang royal
- 10 ciudadelas, sans doute les palais des rois chimú
4 huacas (temples)
Espaces en U appelés audiencias, logements exigus et contigus, destinés au peuple (barrios)
Les murailles ont été construites en briques d'adobe recouvertes d'un ciment léger dans lequel ont été gravées des décorations. Certaines sont des représentations réalistes d’oiseaux, poissons, et petits mammifères. D’autres sont des représentations plus stylisées des mêmes sujets. Alors que des civilisations plus anciennes aimaient à créer des représentations félines ou anthropomorphiques, le style Chimú a une préférence pour les motifs maritimes. Les gravures de Chan Chan représentent des poissons, des pélicans, et des filets de pêche."


Pérou 2

Puis nous allons voir la Huaca de la luna (temple) à quelques kilomètres de là. Elle est associé à la Huaca del sol, plus grande structure précolombienne du pays, qui est en cours d’exploration. Entre les deux, un vaste village d’artisan y prospérait. Ils précèdent la cité de Chan Chan de sept siècles.
Nous avons un aperçu des objets retrouvé au musée. Photos interdites, mais chut…

Pérou 2

La Huaca de la luna, plus petite est pleine de salles avec des frises polychromes de la période Mochica. La construction du temple se prolongea durant six siècles. Chaque nouvelle construction dépassant et recouvrant la précédente.

Pérou 2
Pérou 2

Après cette belle journée pleine de découverte, nous partons pour bivouaquer en bord de mer à Puerto Morín.