Paraguay du 08/10 au 24/10/2013

Paraguay 1

Miguel nous raccompagne à la Roulott’ et nous la lui faisons visiter… Depuis ces 2 derniers jours, elle n’a pas arrêté de se faire admirer. Espérons que cela ne lui montera pas à la tête !
Le lendemain, après quelques courses, un coucou à Miguel et une halte au bord de la rivière, nous allons à notre rendez-vous. Na Neni installe le métier à tisser, et nous fait une démonstration. Elles ne sont plus que 2 à faire ces Panchos. Elle regrette que la mairie et le gouverneur ne s’en préoccupe pas. Elle nous demande aussi si cela nous dérange que sa fille et ses petits-enfants parlent en Guarani. Devant notre interrogation, elle nous informe qu’elles se font parfois ennuyées lorsqu’elles parlent cette langue.

Paraguay 1

Nous apprenons que ce tissage est arrivé avec des esclaves dans la région, que maintenant il est fabriqué avec du coton très fin du Pérou. Que le Brésil et le Chili en font des copies. Qu’ils faut 4 personnes pour fabriquer un Poncho. Une qui tisse, une autre qui confectionne le galon, celle qui fait la frange et enfin cette qui coud le tout. Il faut plus de 15 jours pour fabriquer un poncho. Aujourd’hui, ce sont surtout des musiciens ou des personnalités qui achètent ceux-ci. Ces femmes avancent l’argent pour la fabrication (600 000 Guaranis soit 100 euro) et les vendent 1 000 000 soit 167 euro. Sommes qu’elles partagent à 4. Pendant tout le temps que nous avons passé ensemble, nous avons vu la méfiance de sa fille disparaître et son petit-fils, avant même que nous achetions quoi que ce soit, a tenu à m’offrir un sac fabriqué avec des chutes des ponchos. Encore un moment magnifique. Nous quittons cette gentille famille et allons dormir sur une autre place plus à l’écart du centre ville fort animée la nuit !

Le 19 octobre 2013 – San Miguel

La route que nous empruntons est toujours aussi belle, vallonnée, arborée… Puis nous retournons sur l’axe principal et là c’est quand même moins sympa. Nous avions raté les hamacs la première fois que nous étions passé, nous effectuons donc un aller/retour pour acheter 2 hamacs. Nous trouvons une place à l’ombre autour de la place du village, allons dans une boutique qui borde la route et achetons rapidement nos hamacs. Il y en avait des fait-mains splendides, mais après l’achat du Poncho… je me restreins !

Nous passons le reste de l’après-midi à lire a l’ombre des arbres et le soir je fais un tajine de blette à la coriandre… sans coriandre !

Paraguay 1

Les 20 & 21 octobre 2013 – Parc Ibicuy

Il fait très chaud depuis quelques jours, nous préférons faire un détour par les routes asphaltées que de tenter les chemins de traverse. Je n’ai pas de carte fiable, et nous avançons au petit bonheur. Nous achetons poulet cuit et asado accompagnés de manioc dans un village traversé. Nous ne faisons quasiment pas à manger, car avec la chaleur… moi, je déclare forfait.

Paraguay 1

Nous arrivons au parc en début d’après-midi. Ce parc est payant et un peu plus cher que prévu… 5 euro pour le droit d’entrée et le camping de 2 jours !!!! C’est dimanche, et il y a un peu de monde. Nous nous installons et faisons un tour. Cascades et chemins se ferons demain, car il fait vraiment chaud. Nous rencontrons une charmante famille avec qui nous discutons. Ils se nomment Francisco et Isabel, et Francisco est de la même année que Francis. Ils rêvent d’un camping-car. Après la visite d’usage, et explications sur notre manière de vivre en nomade, nous partageons du poisson frit et passons une partie de l’après-midi ensemble.
Le lendemain matin, nous sommes fin prêts pour notre promenade, sauf que les moustiques sont acharnés, je doit me changer… puis presque arrivé au bout, je me retourne et voit le ciel hyper noir ! Nous faisons demi-tour… et arrivons avec les premières gouttes. Un déluge !

Paraguay 1

Du 22 au 25 octobre 2013 – Vers l’Argentine

Il y a de plus en plus de chaleur moite, et les orages deviennent quasi journalier, donc nous décidons de ne pas aller en direction du parc San Rafael. Nous n’avons qu’une vague idée du lieu d’entrée de celui-ci et les routes y menant nous paraissent peu praticables par temps de pluie. C’est avec regret que nous décidons de repartir vers l’Argentine. Nous aimons vraiment beaucoup le Paraguay.

Nous parcourons donc la route tranquillement, et fêtons mon anniversaire dans une churrascaria (hummm !), Francis assiste à un office religieux peu commun avec chants et guitare, et le passage de la douane est encore un grand moment !

Imaginez un embouteillage monstre, des vendeurs d’essuie-glace (il pleut !), de chipa, de tout… Nous nous garons en double file, le temps que Francis fasse tamponner nos passeports, puis, j’essaie de donner mon autorisation d’importation temporaire du véhicule… que le douanier ne veut pas !

C’est aussi ça le Paraguay. Puis, nous ratons le parking de la douane du Brésil, ratons la route qui doit nous mener à la ville et effectuons un beau demi-tour devant les douaniers… tout ça sous un déluge monstre. Nous nous réfugions donc au camping de Foz do Iguazu qui a fortement augmenté ses prix. Nous y passerons 2 nuits, puis continuerons notre route vers l’Argentine.