Argentine du 13/03 au 10/05/2013

La route qui nous mène au volcan passe au bord du lago Huechulafuquen. Le paysage est superbe et le volcan est encore un peu enneigé.

Argentine 1

Nous allons directement à Puerto Canoa par un chemin qui au début est plutôt cool mais qui devient pas top lorsque nous pénétrons dans la foret. Les campings qui jalonnent ce chemin nous sont inaccessibles et très en pente ! A notre arrivée, nous faisons une promenade et décidons de nous poser sur le parking de l’aire de jour… on verra si on nous déloge…

Argentine 1

Le sable de la plage est gris sombre, granuleux, ce n’est que de la lave concassée. Cela donne un aspect étrange et mystérieux. Nous sommes sous la face sud du Lanin, et l’on voit un restant de glacier. C’est vraiment super beau. Le temps nous offre un été indien et nous nous promenons en tee-shirt ! Que c’est bon !
Nous admirons enfin de près le Pehuen (Araucaria). C’est un arbre endémique que se partage l’Argentine et le Chili… et l’Australie !!! Ses origines remonteraient à avant les dinosaures !!! Respect ! En gros, il ressemble à un sapin dont les aiguilles sont des feuilles pointues et denses. On le surnomme « le désespoir des singes » car l’ascension en est impossible. Il y a des arbres femelles et des arbres males, il produit des pignons comestibles dont les peuples Mapuche et Pehuenche en ont fait leur alimentation de base. C’est super bon et à un arrière goût de châtaigne et de pignons de pin.

Argentine 1

Le lendemain, le matin est brumeux, mais nous sommes optimistes. Nous partons pour Puerto La Union, voir une chapelle… qui est superbe ! Nous pensions marcher jusqu’à un point de vue, mais nous restons cloué sur place. Trop beau, c’est décidé grillade et farniente au programme de la journée. La gestion est donné à une communauté Mapuche, c’est un peu cher pour passer la journée et faire du feu, mais comme nous ne pouvons accéder aux campings, cela compense.

Argentine 1

Nous retournons à notre bivouac en pensant que l’on va se faire déloger… ça ne manque pas ! Le garde nous explique gentiment que nous devons aller au camping, car cela permet aux habitants mapuches d’avoir un revenu pour vivre cet hiver… nous lui répondons aussi gentiment que nous ne pouvons avoir accès à ces campings, car les chemins ne sont pas entretenus et notre hauteur ne nous permet pas d’y aller, les arbres sont souvent trop bas… Il est tard et nous ne voulons pas rouler de nuit jusqu’à un camping organisé qui est vraiment trop loin… Bref ! Il nous laisse rester et nous l’assurons que nous partons demain. Nous sommes d’accord pour participer à l’économie des mapuches, mais vu le prix que nous avons payé pour bénéficier d’un emplacement avec fogon aujourd’hui, notre BA est faite. Nous considérons que nous ne sommes pas les vaches à lait qui devons suppléer aux manquements de l’état argentin qui a pris les terres du peuple mapuche et l’a privé de ses moyens de subsistance pour les revendre avec beaucoup de bénéfices à de grandes entreprises de l’élevage et de l’exploitation forestière… c’est un peu trop facile !

Le 16 au 17 avril 2013 – Côté sud du lac Huelchulafquen – Parc Lanin

Sur la carte, il apparaissait un chemin qui allait en direction du Cerro Los Angeles, sur l’autre rive du lac. Il y avait aussi un camping libre… c’est parti ! Nous passons derrière la lame qui rabote et nivèle la route… au début nous sommes contents ! Puis il apparaît que dans le chemin de la foret, le monticule de terre se trouve souvent plus qu’au milieu de la chaussée !!! Oups ! Pas glop ! Nous avons déjà crevé à Valdes à cause de ça !!! Pas question de rouler dedans, bois, pierres, blocs de pierre… risquent de provoquer des dégâts !!! On est vraiment moins heureux du passage de la lame !!! Du coup, nous serrons les fesses pendant 10 km en priant qu’il n’y ai pas d’autres véhicules en face, Francis se transforme en agent de la DDE pour assurer le passage de la Roulott’…. On ne pensait pas que nous serions heureux de retrouver trous et tôle ondulée !!!!

Argentine 1

Nous rejoignons le chemin vu sur la carte… il est en blanc et ce n’est pas pour rien… petit, passage limite sous les arbres, version tout terrain ! On sert les fesses pendant… 15 km ! Et nous arrivons dans un petit paradis ou nous restons deux jours. Nous assistons au débardage avec des bœufs !

Argentine 1

Pas de bruit, (forcement car il n’y a pas de voiture qui passe !), nous prenons nos repas en extérieur à coté de nos grillades… Cool ! L’automne nous permet d’avoir des couleurs superbes, couchers de soleil incroyables… Que du bonheur…

Argentine 1

Du 18 au 23 avril 2013 – Face nord du volvan Lanin – Parc Lanin

Nous repartons et il est curieux de constater que nous sommes beaucoup moins stressés par notre chemin… Serait-ce que puisque nous n’avons pas eu de soucis à l’aller, le retour nous parait assuré ? lol !

Nous passons par Junin pour nous réapprovisionner et avoir accès à Internet ! La France nous a fait un cadeau… prélèvements sociaux sur les retraites complémentaires ! 8% ! Je pense que nos élus ont aussi diminués les leurs, par respect et solidarité… ou bien… je rêve encore ? Bref !

Nous partons un peu tard et nous planquons derrières des arbres car nous sommes sur une zone interdite la nuit à l’intérieur du parc… nous nous dirigeons vers le versant nord du volcan Lanin.

Au matin, un garde vient nous dire gentiment que nous sommes en dehors des limites de stationnement… nous pensons qu’il n’est pas dupe, et qu’il sait que nous avons passé la nuit ici… Nous parcourons 10 km et trouvons le camping fermé… qui est ouvert, au pied du volcan. Nous sommes à 3 km de la frontière chilienne.

Argentine 1

Nous revoyons Christan, Pauline et Amaya, qui se prépare à partir pour le chili. Christian est chilien et à vécu 8 ans en France ou il a connu Pauline. Ils font un voyage de 5 mois, avant de rentrer en France. Ils viennent de passer 2 ans au Chili et repartent. Nous mangeons ensemble et discutons histoire et voyage. Un chouette échange. Le temps de se mettre en place, il n’est plus question d’aller nous promener… grillades !
Ce matin, temps couvert… c’était prévu, mais comme il ne doit pas pleuvoir, nous partons nous promener. Direction le lago Tromen. Nous ne ferons pas de belles photos du lac, vent et nuages sont au rendez-vous… Sable noir, pehuen… Le temps se lève en début d’après-midi, mais nous ne sommes plus au bord du lac !

Argentine 1