Argentine du 10/06 au 10/08/2014

Le 24 juillet 2014 – Salinas Grandes – Jujuy

C’est parti pour la Cuesta de Lipan, nous allons passer de 2200 m à 4200 m  en 30 km.

Argentine 1

La Roulott’ monte vaillamment, à petite vitesse certes, mais elle grimpe. Cela nous laisse le temps de faire les photos ! Au sommet, nous voyons nos premières vigognes ! Youpi !

Argentine 1

Puis c’est la descente vers les Salinas. Les paysages sont tout aussi admirables.

Argentine 1

Il existe une différence entre les salinas (salines) qui font partie des salars, mais qui sont constituées de chlorure de sodium (qui procurent du sel consommable) et les salars (désert de sel) qui sont constitués de plusieurs types de sédiments comme le chlorure de sodium, le sulfate, le nitrate ou le borate. Ce site est considéré comme l’un des plus grands salars du monde, dont l’épaisseur atteint les 30 cm, se situe à 3 145 m d’altitude et s’étend sur près de 12 000 hectares. Des vendeurs de souvenirs garnissent le parking et on y trouve… un restaurant !

Argentine 1

Nous partons en expédition voir l’extraction du sel. En cours de route, on s’amuse, on découvre.

Argentine 1
Argentine 1
Argentine 1
Argentine 1

Nous parcourons quelques km avant de trouver un bivouac. Nous sommes dans le désert de la Puna. La végétation y est rare comme les habitants.

Argentine 1

Le 25 juillet 2014 – Vers San Antonio de los Cobres (3 775 m) – Jujuy

Bonne nuit malgré l’altitude, nous nous réveillons avec –3° à l’intérieur de la Roulott’ et le chauffage se met en route ! Youpi ! Nous ne partons pas trop tard car la première partie de la 78 était merdique… le reste aussi. Nous longeons de loin la salina, nous croisons vigognes, alpagas, ânes mais ne voyons pas de suris. Les paysages sont désertiques et la plus part des villages de pise que nous croisons sont désertés. Nous arrivons au village, qui de l’avis général ne nous inspire pas. Serait-ce la fatigue de la journée ? Film et rami pour clôturer la journée.

Argentine 1

Le 26 juillet 2014 – Viaduc de la Polvorilla (4 200 m) – Jujuy – Santa Rosa de Tastil - Salta

Hier, le vent soufflait très fort. Nous nous étions calé derrière un bâtiment, mais face au soleil levant. Tant mieux, car ce matin le chauffage ne fonctionne pas. Le village de San Antonio à beaucoup souffert du déclin de l’industrie minière de la région et de celui du chemin de fer associé. A l’époque coloniale, les transport depuis le nord-ouest argentin se faisait par des caravanes. L’un des itinéraires passait par ici, traversant les hauteurs de la Puna de Atacama jusqu’au Pacifique, avant de continuer jusqu’à Lima. Un trajet difficile : avec de la chance, on ne mettait que 20 jours pour parcourir 800 km.

Argentine 1

La route qui nous mène au Viaduc nous plait beaucoup. Nous reprenons la RN40.

Argentine 1