Vers Cathagène...

Vers San Gil, route 64 - de 3018 m à 2574 m - Santander - Les 04 & 05/02/18

Nous partons mais par qu’elle route ? Celle qui part de Duitama et qui passe par le parc Alto Rio Fonce n’est pas très bonne. J’en repère une un peu plus au nord, la 64. Nous passerons par celle-ci. Nous prenons notre premier bivouac sur un paramo à 3300 m.
Colombie

Le lendemain nous en prenons plein les yeux toute la journée. Ça monte et ça descend, de 3300 m à 1500 m puis 2574 m. La piste étant en bon état c’est encore mieux. Nous passons dans de petits villages. C’est la plus belle route que nous ayons fait en Colombie.

Colombie

Que du plaisir… Nous croisons des plantations de fique. Grosses plantes grasses dont on fait des sacs et du papiers avec les fibres. Nous stoppons pour la nuit au col. Nous faisons faire aussi la visite de Ch’uru à des ouvriers que nous avons croisé sur la route.

Colombie

San Gil & Barrichara - 1335 m - Santander - Le 06/02/18

Après une super nuit, nous entamons la descente vers San Gil. Nous traversons une belle forêt humide d’altitude.
Colombie

Puis à partir de Mogotes nous retrouvons des paysages modelés par l’homme. Nous faisons un tour dans le parc El Gallineral à San Gil.

Colombie

Nous trouvons à nous garer dans un parqueadero proche du centre et allons nous ravitailler en argent et en fruits. La place centrale de San Gil à 300 ans. Ce quartier est d’une vitalité incroyable.

Colombie

Nous filons a la petite ville coloniale de Barrichara. D’emblée, nous sommes conquis. Nous trouvons notre nouveau bivouac tout en haut, sur le parking herbeux de la chapelle Santa Barbara. Le paysage est totalement différent, plus aride, terre et pierres de couleur orangée. Il fait chaud, nous attendons la fin d’après-midi pour faire un tour.

Colombie

Barrichara - 1375 m - Santander - Du 07 au 11/02/18

Départ de bonne heure pour le village de Guane du nom des indigènes qui y vivaient. Nous empruntons le Camino Real, ancien chemin muletier de 5 km qui traverse la campagne environnante. Ce village nous plait, très sympa et photogénique.

Colombie

Il fait tellement chaud, que nous prenons le bus pour revenir. D’autant que le chemin se fait à la montée au retour. Nous achetons un sac et un tapis en fique. Nous trouvons la chapelle ouverte à notre retour, photos. Après midi à végéter en attendant que la température soit plus clémente. Un petit tour en ville. Nous rencontrons pas mal de français.

Colombie

Le 08, c’est visite de Barrichara. Nous arpentons les rues.

Colombie

Nous visitons l’atelier de fabrication de papier. Celui-ci est fait en général avec les fibres de fique. Mais on peut le faire avec les feuilles d’ananas, de marijuana, cannes à sucre… Après avoir récupérer les fibres, elles trempent pendant 4 mois. Ensuite, on les lave et elles cuisent dans de l’eau filtrée avec de la cendre ou une sorte de craie pendant 8 jours. Puis, on casse les fibres. C’est à ce moment que l’on peut les teinter avec des colorants naturels. On récupère la pâte avec un moule. Il faut un sacré coup de main pour mettre la juste quantité de pâte. On dépose la feuille entre deux linges, on presse et on met à sécher. Pour aplatir les feuilles sèches, on les maintient pendant un moment dans une presse.

Colombie

Nous retrouvons Jeremy et Vincent, jeunes cyclistes français. Nous allons manger ensemble la spécialité du coin : le cabro et son accompagnement la pepitoria. Un régal. Nous redescendrons de notre nid le soir pour déguster une bière et profiter de la wifi. Nous apprenons que la guérilla va effectué des actions dans le pays du 10 au 13. C’est sympa de nous prévenir ! Le secteur où nous sommes n’est pas concerné. Hier un autochtone nous a informé que nous sommes dans le secteur le plus sain et le plus sécuritaire de Colombie. D’ailleurs, le Santander est réputé pour l’honnêteté, l’ouverture d’esprit, l’accueil, le travail des habitants de cette région.

Colombie

Nous passerons les prochains jours à essayer de trouver un point de chute à Bucaramangua pour passer un moment avec la petite famille du fils d’un de nos amis, continuer à faire des photos de cette charmante ville, nous retournerons à Guane pour visiter le petit musée et acheter du sabajon, spécialité à boire à base de lait, oeuf et alcool. Très bon. Nous ferons aussi la connaissance d’un charmant canadien.

Colombie

Cascade Juan Curi - 1300 m - Santander - Du 12 au 14/02/18

Après cette super halte, nous repassons par San Gil, toujours pour se ravitailler en argent : en Colombie, nous retirons maintenant de l’argent dans les agences Banco Popular, ce sont les seuls qui nous autorisent un retrait de 600 000 pesos (les autres banques : 300 000) pour les mêmes frais (10 500 pesos). Puis nous allons à la Cascada Juan Curi par une belle route neuve. Il existe deux entrées, une de chaque côté de la rivière. Nous préférons le camping rustique et authentique d’Evangelista et de son fils. (Gps : N 6°22.291’ W 73°9.948’). Ils ont des animaux, cultivent café et cacao. Le parcours pour aller voir la cascade est pittoresque (Indiana Jones) et nous sommes accompagnés.

Colombie
Colombie
Colombie

Nous prévoyons de faire le lendemain matin un partie du chemin des ancêtres qui allait jusqu’à San Gil. Départ 5h15… Nous devions marcher à la lumière des étoiles et voir le lever de soleil… Y’a eu plein de nuages ! Heureusement que nous avions pris une lampe. Ensuite, nous partons pour le village de Charala et faire le marché. Très sympa. Nous passerons un bon moment à discuter avec un couple des environs qui souhaitent nous revoir lors de notre prochain passage.

Colombie

Nous passerons une partie de l’après-midi à faire du cacao ! De manière ancestrale. Les fèves sèches sont grillées, puis nous enlevons la coque. Ensuite, nous moulons de manière grossière à la main les grains de cacao en enlevant les morceaux de coques qui restent. La mouture sera ensuite réduit en poudre avec un moulin à main. Du 100 % pur cacao. Nous en avons acheté 1 kilo ! Enfin du cacao sans sucre.

Colombie

Je souhaitais visiter une fabrique de panela. La panela est une mélasse de sucre de canne à sucre durci. C’est l’équivalent de notre sucre de canne, mais en bien meilleur ! Un des voisins nous emmène dans une de celle-ci car il y a travaillé et sait qu’elle est en activité ce jour. Nous partons donc en direction du village d’Ocamonte. Le propriétaire des lieux, assez surpris au premier abord, nous fait visiter et nous donne plein d’explications devant notre intérêt. Il a 30 hectares, la canne est mature au bout de 18 mois. La culture de la canne à sucre appauvrie très vite les sols, il faut donc changer de culture et laisser la terre de reposer par cycle. Le sucre est séparé par écrasement de la canne. Ensuite, le jus est chauffé dans différents bacs (on y ajoute un peu de beurre pour éviter qu’elle colle). Il faut enlevé la "mousse". Celle-ci une fois froide sert pour l’alimentation animale. Les restes de la canne brisée servent de combustible au four. Une fois que la mélasse est prête, un des ouvrier, un "maestro" détermine au jugé qu’à 25°, celle-ci peut être coulé dans les moules. Nous entendons encore une fois des louanges des habitants de ce coin de Colombie. Peu ou pas de violence, des gens travailleurs et peu de misère. Quel bon moment passé. Nous repartons avec en cadeau, des pains de panela sans produits chimique.

Colombie

Nous allons visiter le village. Surpris, nous voyons les enfants de l’école se rendent à la messe.

Colombie

A notre retour et avant de quitter nos hôtes, nous allons voir la plantation de cacao. Il faut savoir que le cacao, au contraire du café, fourni des gousses tout le long de l’année et demande peu de manutention. les gousses vertes donnent un cacao plus gouteux.

Colombie

Nous prenons la route en direction de Bucaramanga. Beaux paysages de canyon, beaucoup de camions. Ça grimpe. Nous pensions faire un arrêt au Parc Naturel du Canyon de Chicamocha. C’est Disney Land ! Une aberration, transformé un site remarquable avec parc aquatique, élastiques et hôtel est inconcevable mais réel. Bien entendu, on nous refuse le stationnement nocturne, un coin à côté d’un poste de police nous est refusé même pour manger. Nous finirons sur un grand plateau herbeux avec vue sur les deux cotés du canyon. Tranquille, malgré le bruit de la circulation en fond.

Colombie

Bucaramangua - 950 m - Santander - Du 15 au 17/02/18

Nous rejoignons Sébastien et sa petite famille. Il est le fils de nos amis Martine et Bernard. Après avoir fait connaissance, nous partons pour notre bivouac. C’est devant la maison de Jean qui est entrain de créer sa boulangerie. Nous en profiterons pour enfin manger du bon pain ! Nous passerons ces trois jours à discuter, Sébastien veillera à nous trouver des filtres pour notre véhicule. En effet, même si nous voyons énormément de Mitsubishi ici, la plupart sont à essence. Nous souhaitons avoir des filtres d’avance au cas ou. Nous passerons deux soirées tous ensemble. Des moments très sympathiques. Nous finirons par un super pique-nique sur le terrain de Carolina et de Sébastien. Ce sera notre dernier bivouac dans cette région. Nous apercevant de plus en plus que nous n’avons pas le temps de découvrir les régions de ce beau pays, nous envisageons de revenir y passer un moment. Encore merci à vous tous pour ces bons moments. A bientôt.

Colombie