Brésil du 03/08 au 07/10/2013

Ile de Santa Catarina – Caieiras da Barra do Sul

Nous partons pour l’autre côté de l’île. Forcément nous commençons par nous tromper de route. Celle de ma carte, n’est pas autorisé ! Après quelques détours, nous arrivons après une très belle route… à un demi-tour et rien pour nous poser pour 2 jours. Grrr…. Ni une, ni deux, je vais voir la charmante dame du stationnement qui borde le chemin de rando que nous voulons prendre, et négocie pour 2 nuits pour les Landanol et nous. Nous avons l’eau et les wc en plus !!! Qui dit mieux ! On se fait tous une grande lessive !!! Les camions commençaient à être plein ! Le lendemain, nous partons pour le Faro Naufragados. Vraiment sympa !

bresil 1

Nous quittons les Landanol à Campeche, ils veulent voir les petits singes et surtout charger leur bouteille de gaz. Le temps s’est remis au gris, nous décidons de repartir après avoir fait les courses. Nous dormons à Lagoa, afin de repartir demain de bonne heure.

Le 24 & 25 août 2013 – Sur la route…

Temps de pluie… nous partons pour Porto Belo, où l’on pouvait voir des eaux turquoises et des paysages superbes, lors d’une petite randonnée… Bernique !!! Nous essayons de trouver un coin sympa et un peu à l’écart. Sur la plage, une petite butte semble sympa, jusqu’au moment ou la marée montant, nous pensons être sur une île. La Roulott’ n’étant pas amphibie… nous atterrissons à Bombinhas, dans une ruelle en front de mer.

brésil 1

Le mauvais temps se maintenant, nous continuons vers Penha… sur le guide super ! La réalité : une petite rue sablonneuse où nous ne pouvons nous garer pour accéder à la plage, des maisons qui sont directement sur la plage et empêchent l’accès. Bon, on finit par trouver un trou de souris et on gare la Roulott’. Le temps que Francis face un tour pour repérer un bivouac possible, le type du coin, glisse une carte avec la mention camping… Comme, il l’a fait en pensant que nous étions absent, ça sent l’embrouille si l’on reste dans le trou. On file vers la ville, et nous glissons dans une rue en bord de mer. De toute façon, il pleut…

Du 26 au 28 août 2013 – Sao Francisco do Sul

Un peu d’histoire ? Si, si… et on fait Cocoricco !!!
 
Dans des temps plus lointains, à l’époque de l’exploration, qui comprenait la période de fin du XVe siècle à la fin du XVIIe siècle, les Européens ont explorés intensivement l’océan Atlantique à la recherche de nouvelles routes commerciales, en plus de l’intérêt dans la conquête de nouveaux territoires.
L’île de Sao Francisco do Sul, a longtemps été un lieu de passage. Un des premiers Européens à venir sur la côte sud du Brésil a été le navigateur français Binot Paulmier de Gonneville qui venait d'Honfleur, il aurait accosté à Sud de l’île de Sao Francisco avec son équipage le 5 Janvier1504.
Selon Santos (2004, p. 24), ”Le 24 Juin 1503, sous le commandement du capitaine Gonneville, le navire a quitté Honfleur L’Espoir avec 60 hommes à bord.” L’intention du français et de son équipage était la route pour les Indes orientales, mais déjà dès la côte d’Afrique, ils ont été surpris par les vents et les courants, puis forcés de changer de cap pour venir sur côte sud du Brésil, plus précisément, sur l’île que nous connaissons aujourd’hui en tant que Sao Francisco do Sul.
 
La légende veut que Gonneville et son équipage soient restés sur l’île pour quelques mois et lié amitié avec les Indiens qui y vivaient (Carijós). Gonneville a également remplit le navire avec de l’eau, poisson, fruits, cuir, bois, etc. Avant de quitter l’île, il fut érigée une croix en bois sur une colline près de la mer pour marquer le passage de chrétiens par des terres nouvellement découvertes et Binot aurait pris un des fils du chef, appelé Issa Arosca-Mirim promettant de le ramener à 20 lunes afin de l’éduquer à l’art de la guerre. Mais le garçon n’est jamais revenu.
 
La colonisation
La ville à l’origine est une conséquence de l’expansion portugaise dans le sud du littoral. Le premier colon à arriver ici a été Manoel Lourenço Andrade, qui est venu avec sa famille et les esclaves. Il a également apporté des animaux et des outils pour l’exploitation minière. La ville a été reconnue dans les années 1658. En 1660, le village a été élevée au rang de village. En 1665, il a achevé la construction de l’église et le village considéré comme la paroisse Notre-Dame de Grace, et qu’en 1847 le village a été élevé au rang de ville. Le nom de Sao Francisco do Sul a été officialisée seulement en Décembre 18, 1938.
 
Sao Francisco do Sul et toute la région était habitée par les Carijó qui appartenait à la nation Tupi Guarani, mais les premiers colons européens étaient les Vicentists portugais. Mais différents groupes ethniques ont contribué au développement de ce lieu. Outre le portugais du Portugal continental, les Açores et Madère, nous avons aussi des Allemands, espagnols, africains et, plus tard, les Turcs et les Arabes.

 
La ville est la 3ème plus ancienne du Brésil. C’est à notre tour d’explorer l’île… lorsque il ne pleuvra plus. Anne m’avait dit que sur la place du Centre Historique, nous pouvions stationner et qu’il y avait la wifi !!! Que du bonheur ! Pour nous réconforter, nous achetons des gambas au marché public municipal et les mangeons avec une mayonnaise maison !

brésil 1

Le lendemain, avec un peu d’avance, le temps se lève. On se dirige vers le musée de la marine… Un superbe ensemble d’embarcations de tout le brésil, avec en prime l’histoire de la navigation et des découvertes qui vont avec ! Bon, forcément je n’ai pas tout compris, mais il est plus facile de lire le brésilien avec nos connaissances espagnoles que de le parler ! lol ! Il y a aussi un département dédié aux maquettistes dont certains débordent d’idées ! Un vrai super moment.

brésil 1

L’église construite en style vénitien, a été batie en 1699, avec du mortier composé de sable, de calcaire, de coquillage et d’huile de baleine et n’avait qu’une seule tour. La représentation de sa patronne Nossa Senhora da Graça est âgée de 475 ans. Nous déambulons encore en ville et rencontrons Juan qui voyage en vélo. (www.fisterrabicicleta.com) il part en bateau.. Il est accompagné de Gabriela et Roberto (Page FaceBook : Hospedaria da Bicicleta), jeunes brésiliens de Rio, qui se sont installés ici. Ils ont ouvert une hospedaje (sorte de chambre d’hôte) pour cyclistes en vadrouille. Ils nous invitent à venir boire un café chez eux.

brésil 1

Après le café, nous allons visiter ensemble le Musée historique situé dans le bâtiment qui servait de prison et de Conseil Municipal. La geôle des réfractaires, était au raz du sol, et l’eau de la mer venait allégrement chatouiller les pieds du prisonnier… Sympa ! Sinon, nous avons fait un tour dans le passé de la ville. Puis, nous sommes retourner boire un verre (mais voui !) dans la Roulott’. Nous avons appris qu’il faut prendre le Vinho Seco… Sinon on boit un vin rouge doux et sucré… En même temps pour l’apéro !

brésil 1

Le lendemain, beau temps ! On file faire un petit tour de l’île. Première partie le Fort Maréchal Luz, qui nous permet de faire un tour à pied jusqu’en haut ! Belle vue sur les îles des pirates et des énormes bateaux qui passent au loin. Quand ils ne passe pas tout près de notre île ! Nous finissons la journée sur le bord de la praia de Enseada, ou nous rencontrons Dany, jeune espagnol. Nous l’emmenons demain au débarcadère.

brésil 1
brésil 1

Le 29 & 30 août 2013 – Ilha do Mel

Nous récupérons Dany, qui nous explique être venu ici pour travailler car en Espagne et au Portugal, il n’y a pas grand chose. Mais son visa de 3 mois ayant expiré, il lui a été impossible de le renouveler. Cela fait 5 mois qu’il est clandestin. Il doit reprendre un avion pour l’Espagne et espère n’avoir qu’une amende à payer d’environ 300 euro… Nous espérons que tout se passera bien pour lui, car c’est vraiment un gentil garçon. Nous devions passer par un bac pour aller sur la rive continentale de Sao Francisco (Vila da Gloria) nichée dans la Mata Atlantica… (Forêt primaire Atlantique plus vieille que l’Amazonie). Les pluies récentes nous ont dissuadé de faire de la route de terre. Nous allons donc en direction de Pontal do Sul par la route du bord de mer… un passage en bac sympa !

brésil 1